La Great Ocean Road

Le 7 décembre, nous avons parcouru la Great Ocean Road d’Allansford à Torquay.

La Great Ocean Road est une route côtière de 243 km longeant l’État de Victoria, situé sur la côte sud-est en Australie entre les villes de Torquay et de Allansford. Construite entre 1919 et 1932 par des soldats revenus de la Première Guerre mondiale, cette route est devenue un haut lieu touristique du Victoria.

Depuis le 7 avril 2011 la route fait partie de la Australian National Heritage List.

La construction de la route débuta le 19 septembre 1919 et mobilisa environ 3 000 soldats revenus de la Grande guerre pour l’édification de la Great Ocean Road en tant que monument aux morts pour les soldats qui ont été tués lors de la Première Guerre mondiale. Une équipe chargée d’enquêter sur l’avancée des travaux prévoyait 3 kilomètres par mois. La construction se faisait à la main, les hommes utilisaient des explosifs, des pioches, des pelles, des brouettes et quelques minuscules machines. Le travail était dangereux, notamment les dernières sections de la route qui étaient abruptes le long de la côte, quelques travailleurs perdirent d’ailleurs la vie sur le chantier.

Les soldats étaient payés 10 shillings et six pence pour huit heures de travail quotidien, travaillant aussi une demi-journée les samedis. Ils utilisaient des tentes régulièrement comme habitation et faisaient cuisine et repas en commun, la nourriture coûtant 10 shillings par semaine. Malgré la difficulté à construire la route, les travailleurs avaient accès dans les camps au piano, gramophone, aux journaux et magazines. De plus, en 1924, le bateau à vapeur nommé Casino s’échoua près de Cape Patton après avoir touché un récif, l’obligeant à jeter à la mer 500 barils de bière et 120 caisses de spiritueux. Les travailleurs récupérèrent la marchandise, provoquant une pause imprévue de deux semaines.

Le soir du 15 janvier 1990, la principale arche reliant le London Bridge à la terre s’est effondrée dans la mer. Personne n’a été blessé, mais deux touristes coincés sur la nouvelle île ont été secourus par hélicoptère quelques heures plus tard.

Il s’agit d’un regroupement d’aiguilles de calcaire dépassant de l’eau en bord de mer.
À l’origine le site s’appelait Sow and Piglets. Ce nom fut changé dans les années 1950 pour le patronyme plus majestueux « The Twelve Apostles » (les douze apôtres en français) pour attirer plus de visiteurs, bien qu’il n’y ait que huit aiguilles.

Bref, on a vu des jolis cailloux (sous la pluie) donc rien d’extraordinaire mais la route en elle-même est très agréable à conduire : sinueuse et boisée.

Article précédent

Article suivant

Laisser un commentaire