Moorea

Le 5 juin, Eline nous a déposé à l’aéroport en allant au boulot afin que nous prenions notre vol pour Moorea (signification du nom : lézard jaune).

Tout s’est passé à merveille : enregistrement sans aucune queue, embarquement rapide, avion pas plein… Et probablement le vol le plus court de notre vie ! On vous annonce 15 minutes mais en vérité entre le décollage et l’atterrissage il y a plutôt 7-8 minutes de vol. Du coup, les consignes de sécurité vous ont à peine été présentées qu’on vous demande déjà de boucler votre ceinture et de vous préparer pour l’atterrissage, ce qui forcément a provoqué un rire général dans l’avion.

Une fois arrivés, nous récupérons nos bagages et nous faisons transférer en voiture jusqu’à notre hébergement, le camping Nelson, situé au Nord de la côté Ouest de l’île. Notre séjour commence bien, on a vraiment une super vue et un bout de plage plus que correct !

On enfile nos masques, nos tubas et nos chaussures d’eau (ouais, on a un peu la psychose du poisson-pierre) et on va voir ce qu’il se passe sous l’eau. Malheureusement, rien de bien intéressant. En nous baladant au bord de l’eau, nous avons vu 5 raies, qui sont probablement régulièrement nourries car elles s’approchent de nous sans problème.

Le lendemain, nous avons loué un scooter pour faire le tour de l’île. La location nous a coûté 5500 XPF pour 8h (soit 46€), on est bien loin des prix de Bali ! Nous partons donc de la pointe Nord-Ouest, et visitons l’île dans le sens horaire.

Nous allons jusqu’au Belvédère, qui offre une belle vue sur les baies d’Opunohu et de Cook, avec le mont Rotui au milieu. On y trouve même des cadenas comme c’était le cas sur le Pont des Arts à Paris.

Nous nous arrêtons aux sites archéologiques d’Opunohu, mais ne sachant pas exactement comment se déroulaient les choses à l’époque, nous sommes un peu frustrés.

Nous continuons notre balade, en nous arrêtant où on veut, nous nous arrêtons pour déjeuner dans une roulotte…
Puis, ayant fini le tour de l’île (62 km) nous décidons d’aller chercher nos masques et tubas pour aller explorer un peu à côté des Tipaniers, où apparemment l’endroit est meilleur pour faire du snorkelling. Mouais, pas vraiment… On a vu un bénitier, quelques poissons par-ci par-là mais c’est tout.

On June 7th, we did not move. As we had a stable internet connection, Lauriane updated the blog, Jérémy went in the sea. Nothing out of the ordinary, but it was nice to have time.

On June 8th, we left for Huahine!

Article précédent

Article suivant

Laisser un commentaire