Raiatea et Taha’a

Du 13 au 16 juin, nous étions à Raiatea.

Ra’iātea est surnommée ‘l’Île sacrée’. Le nom de Ra’iātea se décompose en deux parties : ra’i qui veut dire ‘ciel’ et ātea qui veut dire ‘dégagé’, ‘éloigné’, faisant référence à des nuages clairsemés, typiques de l’île pour les navigateurs polynésiens.
Les mythes polynésiens racontent que les îles de Taha’a et Ra’iātea ne formaient qu’une seule et même île, qu’un géant aurait de colère séparées d’un grand coup de main, suite à un chagrin d’amour. De fait, les deux îles ne formaient qu’une seule et même entité il y a 2,4 millions d’années comme en témoigne leur lagon commun.

Le jour de notre arrivée, nous avons emprunté les vélos de la pension pour aller faire un tour ‘en ville’. Nous avons fait 2-3 courses et avons déjeuné au restaurant.

Le 14 juin, Jérémy est allé plonger avec Te Mara Nui. Il souhaitait plonger sur une épave (un trois mâts) mais la visibilité n’étant pas bonne, il est allé plonger sur un jardin de corail à la place. Il n’a pas été très convaincu, les coraux n’étaient pas fantastiques et il n’a malheureusement pas vu grand chose d’intéressant.

Le 15 juin, nous avons fait une sortie à la journée sur l’île de Taha’a avec Toa Nui Tours. Départ à 8h30. Nos guides, Suzanne et Jean, étaient vraiment très sympathiques.

La légende du poisson raconte qu’aux temps anciens Raiatea et Tahaa ne formaient qu’une seule grande île. Mais, un jour, un incident se produisit…
Alors que les prêtres entreprenaient la construction d’un nouveau marae, ils édictèrent l’obligation de respecter un silence absolu afin que rien ne vienne troubler l’atmosphère sacrée nécessaire à une telle entreprise. Aucun coq ne devait chanter, aucun chien ne devait aboyer, personne ne devait se déplacer.
Faisant fi de cet ordre, une belle jeune fille nommée Terehe décida d’aller tout de même se baigner dans une rivière. Les dieux, irrités par cette effronterie, firent surgir dans la rivière une grande anguille qui dévora Terehe d’un seul coup. Possédé par l’esprit de la jeune fille, l’animal devint littéralement enragé. L’anguille se mit à bondir de tous côtés, arrachant arbres et rochers. Incontrôlable, elle finit par dévorer entièrement le milieu de l’île, creusant ainsi un détroit qui sépara la grande île en deux îles distinctes : Raiatea et Tahaa.
Pour tenter de la maîtriser, les dieux la confièrent à Tu-rahu-nui (un grand sorcier) qui la mit sur sa tête et se dirigea vers l’Est. L’anguille grandit de plus en plus et devint un énorme poisson, qui prit le nom de Tahiti-nui (immense Tahiti).

Première étape : snorkelling dans un magnifique jardin de corail. On en a pris plein les yeux, il y avait beaucoup de poissons : poissons papillon, baliste picasso, poissons clown, poissons perroquets…

Deuxième étape : visite d’une ferme perlière. Malheureusement, les explications étaient moins efficaces que celles données par Fred du Motu Trésor sur Huahine, mais c’était tout de même sympa.

Troisième étape : déjeuner sur un motu. Apéro au rhum. Le repas était excellent ! Le motu appartient à une famille, qui a construit des bassins où on trouve des poissons, des raies et des requins. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ils n’ont pas été construits pour les touristes mais pour leur propre pêche, afin d’avoir toujours du poisson frais à portée de main.

Apéro
Apéro

Quatrième étape : visite d’une vanilleraie. On apprend que la vanille a été importée du Mexique. On a eu de la ‘chance’ côté moustiques : comme il y avait du vent et que le temps n’était pas terrible, ils étaient absents.

Puis, retour sur Raiatea vers 17h après une journée bien remplie !

Nous avons passé une excellente journée, malgré le temps qui s’est gâté durant notre déjeuner. On s’est bien fait arroser sur le bateau, vous auriez dû nous voir avec nos cirés, on se serait cru en Bretagne !

Article précédent

Article suivant

Laisser un commentaire